Foil Wing  RIDER SUISSE

Foil Wing RIDER SUISSE

All and nothing about Foil, Wing and FUN

Stand-up paddle avec Laird Hamilton : Vagues à la pelle

Publié par DomD sur 25 Mars 2009, 16:34pm



Prendre la vague debout en se propulsant à l'aide d'une pagaie de canoë, c'est la dernière folie en provenance d'Hawaii. Rencontre à Maui avec le dieu de la discipline, Laird Hamilton pour une séance d'explication sur cette glisse oubliée : le paddle.

Dans le gigantesque garage de sa maison de Maui, entre deux jet-skis et une dizaine de shortboards empilés sur un rack, trône la dernière passion de " Saint " Laird. Une grande planche jaune, longue d'environ 10 pieds (3 m) que le mythique waterman apprivoise patiemment depuis dix ans, mais que les Polynésiens maîtrisent depuis la nuit des temps. " Je n'ai rien inventé, juste remis au goût du jour cette façon ancestrale de se déplacer sur l'eau. " À voir le maître ramer sur du trois mètres à Ho'okipa, enchaînant nose riding (pieds en avant sur la planche) et 360° au sommet de l'écume, pieds scotchés à la planche, pagaie effleurant la lèvre de la vague, on constate tout de même qu'il y a apporté sa touche personnelle, faisant d'un simple moyen de locomotion un imparable engin à sensations. " Prendre la vague debout, si on y réfléchit bien, c'est une façon de distinguer l'homme de l'animal, de passer au stade surfo-erectus, d'anoblir définitivement l'art de la glisse. " Une théorie de l'évolution presque darwinienne.

Une glisse accessible

" Chacun peut s'adapter à cette façon de glisser. La position debout donne confiance et évite de se faire mal au dos. C'est la discipline tout-terrain puisqu'on peut la pratiquer aussi bien en mer que sur un lac ou une rivière. En ce sens, c'est la glisse la plus accessible. " A l'occasion de sa venue sur le Championnat du monde de longboard à Anglet en mai dernier, Hamilton a encore une fois démontré la large palette du stand-up en pagayant à la cool sur l'Atlantique, un exercice qui vaut selon lui toutes les séances cardio-fitness du monde. Autre intérêt du paddle, et non des moindres : il s'impose comme un parfait outil pédagogique pour faire ses premiers surfs sur la vague. " On évite la délicate phase où il faut se relever et une fois la vague prise, les dimensions de la planche facilitent l'équilibre. " Revers de cette planche géante,son encombrement rend malaisée la mise à l'eau pour les petits gabarits. Mais Laird connaît déjà une partie de la solution : Surftech, l'unique fabricant actuel, prévoit à terme de concevoir un modèle junior qui permettrait aux femmeset aux enfants de s'y mettre. Il constituerait alors une alternative au body-board. " Dans notre laboratoire d'Hawaii, prédit Hamilton, le stand-up paddle a bien pris. en Europe, ça ne devrait plus tarder. " En France, Peyo Lizarazu, en est un brillant ambassadeur.

Lui aussi pense que cette forme de glisse va exploser, tout en y mettant un bémol. " Attention aux problèmes d'affluence. Le stand-up est une très jolie façon de démocratiser le surf, mais le public intéressé n'aura pas nécessairement la culture et la connaissance de l'environnement suffisantes pour éviter les dangers liés à sa pratique... " à méditer.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article